Maisons de Charme, Appartements de caractère et emplacements d'exception
12 Mar

Immobilier : Aix-en-Provence dans le top 5 des grandes villes les plus chères de France

Sur le plan immobilier, Aix-en-Provence affiche des prix très élevés. Il n’est donc pas surprenant de la retrouver dans le classement des 10 villes de plus de 100 000 habitants les plus chères de France, réalisé par le site SeLoger.

Avec un prix moyen de 3 922 euros du m², Aix-en-Provence se classe en effet au cinquième rang français.
La ville est devancée, dans l’ordre, par Nice (4210 euros/m²), Lyon (4591 euros/m²), Bordeaux (4736 euros/m²) ainsi que – de très loin – par Paris, où le prix du m² est plus de 2,5 fois plus élevé et atteint 9 958 euros !

Pour espérer devenir propriétaire à Aix-en-Provence, il est donc nécessaire d’avoir un bon pouvoir d’achat immobilier. « La ville demeure très cotée sur le plan immobilier depuis des années et dispose de nombreux avantages particulièrement recherchés par les personnes cherchant à acheter », souligne Michel Lechenault, responsable éditorial du groupe SeLoger.

Il faut noter, au passage, qu’Aix-en-Provence a perdu une place par rapport au classement réalisé l’an passé, en étant devancé par Nice désormais.

Avec un prix moyen étant passé de 4 138 à 3922, une diminution de l’ordre de 216 euros est constatée et permet à la ville de ne plus faire partie des cités affichant un prix du m² supérieur à 4000 euros !

Le marché immobilier est resté très dynamique l’an dernier. La Fnaim a enregistré 37 891 ventes en 2018, soit une hausse de 2,8 %.

« L’ancien se porte bien ! Depuis deux ans, la demande, essentiellement locale, est très active et profite des conditions d’emprunt toujours très favorables », explique Didier Bertrand, le président de la Fnaim Aix Marseille Provence.

Longtemps en perte de vitesse ces dernières années dans le département, l’investissement locatif est de nouveau plébiscité par les particuliers grâce notamment au taux de crédit historiquement bas. Selon les chiffres de la Fnaim, il représente désormais plus de 20 % des opérations contre 3 % à 5 % seulement pour l’achat de résidences secondaires.
Les acquisitions de résidences principales représentent les 2/3 des ventes.

Source : laprovence.com & FNAIM 13

Tags : ,
Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée